L'église catholique craint des « infiltrations» et délocalise sa marche à la cathédrale d'Abidjan


L'église catholique craint des « infiltrations» et délocalise sa marche à la cathédrale d'Abidjan

L'église catholique ivoirienne a changé l'itinéraire de sa « marche priante» pour la paix en Côte d'Ivoire prévue le 15 février prochain dans la capitale économique ivoirienne en la maintenant «exclusivement » dans l'enceinte de la cathédrale Saint-Paul d'Abidjan craignant des « dangers d'infiltration », a annoncé dimanche dans une conférence de presse, le Père Augustin Obrou, le chargé de communication de l'archevêque d'Abidjan.

« Son Eminence Jean-Pierre Cardinal Kutwa, conscient de la primauté de Dieu et de la nécessité de la paix pour la réconciliation maintient cette prière rogatoire en faveur de la paix en Côte d'Ivoire qui se tiendra le samedi 15 février 2020. Cependant face aux dangers d'infiltration et soucieux de la sécurité de ses fidèles, Son Eminence demande que cette journée de prière se tienne exclusivement au sein de la cathédrale Saint-Paul du Plateau», a dit le Père Obrou à la presse.

Auparavant le porte-voix de l'archevêque d'Abidjan a expliqué les circonstances qui ont amené le clergé à décider d'organiser une marche pour la paix en Côte d'Ivoire. « C'est une activité programmée depuis le mois d'octobre et qui n'est pas consécutive au message des archevêques et évêques délivré à Korhogo le 19 janvier 2020 même si leurs objectifs concernent tous la paix par la réconciliation », a justifié le Père Obrou.

Selon lui, l'objectif majeur de ce rassemblement initié par l'aumônerie de la pastorale des jeunes, est de réaffirmer l'importance de vivre dans un environnement stable, prôner la paix entre les jeunes et montrer la nécessité de vivre dans la fraternité et la cohésion.

« Malheureusement, la mise en œuvre de ce projet souffre d'interprétations ambivalentes, contradictoires et ambiguës. Cela risque si l'on n'y prend garde de dénaturer l'intention et l'objectif strictement spirituels de cette initiative louable», a dénoncé le Père Obrou, soulignant que « l'église ne saurait être la caisse de résonance de quelque association ou groupe que ce soit».

Poursuivant, il a insisté que face à ces interprétations « fallacieuses et de ses adhésions récupératrices », l'église veut « demeurer vigilante et aller à l'essentiel de son action» qui est d'aider la Côte d'Ivoire à œuvrer pour la non-violence et la paix.

Cette marche dénommée « Allons à la paix» prévue le 15 février prochain, devrait initialement avant cette délocalisation, débuter à la « Place de la République » et prendre fin à la cathédrale Saint-Paul du Plateau.

LB/ls/APA

Pin It