Afrique du Sud : Jacob Zuma s’est rendu

Afrique du Sud : Jacob Zuma s’est rendu

L’ancien président sud-africain a décidé de « se conformer à l'ordonnance d'incarcération » dont il faisait l’objet.

Le pire était à craindre face à la désobéissance de Jacob Zuma, 79 ans, amplifiée par la détermination à en découdre de ses inconditionnels. Dans son bras de fer avec la justice sud-africaine, l’ex-chef de l’Etat a finalement lâché du lest.

Mercredi soir, sur Twitter, sa fondation a annoncé qu’il se constituait prisonnier « dans un établissement correctionnel » du KwaZulu Natal, son fief.

Jacob Zuma a été condamné, mardi 29 juin, à quinze mois de prison ferme pour « outrage à la justice » par la Cour constitutionnelle. A partir de cette date, il ne disposait que de cinq jours pour se présenter devant les autorités pénitentiaires.

La décision de la plus haute juridiction de l’Afrique du Sud est motivée par la non-comparution de Jacob Zuma devant la Commission Zondo chargée d'enquêter sur des soupçons de corruption.

L’ex-leader du Congrès national africain (ANC, sigle anglais) doit répondre d’accusations de mal gouvernance durant ses neuf années passées au pouvoir (2009-2018).

La justice de la nation arc-en-ciel détient déjà une quarantaine de témoignages qui accablent Jacob Zuma. Ce dernier, en manœuvrant pour ne pas être entendu par les enquêteurs, a donc provoqué l’ire des magistrats de son pays.

Suite à une demande d’annulation de l’accusé, la Cour constitutionnelle a prévu une nouvelle audience le 12 juillet. Histoire de réexaminer la sentence. En attendant, l’ancien président espérait un effet suspensif pour éviter la prison. Demain vendredi, le Tribunal de Pietermaritzburg (Est) doit justement se prononcer sur cette question.

JN/fss/cgd/id/APA

Pin It