Discours du Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, à l'ouverture des 8èmes Jeux de la Francophonie

Discours du Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, à l'ouverture des 8èmes Jeux de la Francophonie

Je voudrais donc au nom de l’ensemble des populations ivoiriennes, vous souhaiter

More...
Côte d’Ivoire: Soro, ex-chef rebelle, "demande pardon" à Gbagbo pour une réconciliation

Côte d’Ivoire: Soro, ex-chef rebelle, "demande pardon" à Gbagbo pour une réconciliation

Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne et ex-chef de la rébellion Guillaume Soro

More...
La demande de liberté provisoire de Gbagbo rejetée

La demande de liberté provisoire de Gbagbo rejetée

La Chambre d'appel de la Cour pénale internationale (CPI) a prononcé mercredi le maintien

More...
Burkina et Côte d’Ivoire veulent lutter "ensemble" contre le terrorisme

Burkina et Côte d’Ivoire veulent lutter "ensemble" contre le terrorisme

Le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, deux pays frappés par des attaques jihadistes, veulent lutter

More...
Côte d'Ivoire: dix ans de prison requis contre un ex-ministre pro-Gbagbo

Côte d'Ivoire: dix ans de prison requis contre un ex-ministre pro-Gbagbo

Le procureur du tribunal d'Abidjan a requis mardi dix ans de prison contre Assoa Adou

More...
Kako Nubukpo: mon combat contre le Franc CFA

Kako Nubukpo: mon combat contre le Franc CFA

Abolir le franc CFA, c’est la mission, le combat qui m’anime depuis une quinzaine d’années.

More...
Déclaration attribuée au PDCI sur les réseaux sociaux : Maurice Guikahué dément

Déclaration attribuée au PDCI sur les réseaux sociaux : Maurice Guikahué dément

Dans une note, le secrétaire Exécutif du parti, le Professeur Maurice Kacou Guikahué

More...
Côte d’Ivoire : malaise au sein de la coalition au pouvoir

Côte d’Ivoire : malaise au sein de la coalition au pouvoir

Jean-Louis Billon suspendu, Niamien N’Goran limogé, plusieurs cadres

More...


Kako Nubukpo: mon combat contre le Franc CFA

Abolir le franc CFA, c’est la mission, le combat qui m’anime depuis une quinzaine d’années. Docteur en économie et agrégé des Facultés de Sciences Economiques, j’ai exercé des fonctions de macro économiste, chef de service au siège de la BCEAO à Dakar, été ministre de la prospective et de l’évaluation des politiques publiques du Togo, chercheur à l’Université d’Oxford (University College) et, aujourd’hui, je suis directeur de la francophonie économique et numérique au sein de l’Organisation Internationale de la Francophonie à Paris.

Je ne me paye pas de titres, je cumule les expériences. Mes interrogations sur le franc CFA ne sont pas un objet d’étude de tour d’ivoire. Chercheur, acteur institutionnel, j’ai éprouvé, sous diverses facettes, les limites de notre système monétaire, frein au développement des pays qui en sont encore tributaires. C’est contre cette servitude volontaire que je m’élève pour l’avenir de nos pays et de nos enfants. Comment leur expliquer demain que nous avons laissé faire ? Que nous avons nourri les caisses du Trésor Public français ? Tandis que les réserves qu’il nous impose avec notre pleine allégeance pourraient être réinjectées dans nos économies pour construire des écoles, des dispensaires, pour électrifier les zones rurales, construire des infrastructures modernes, dignes du 21e siècle, permettre aux jeunes d’accéder au crédit bancaire et financer des activités génératrices de revenus. Je ne suis pas un militant, je suis un intellectuel engagé. Je souhaite que, par-delà toute faillibilité humaine, le débat, parce qu’il dépasse ma seule personne, ait lieu.

Il me paraît d’autant plus urgent à mener que, faute d’avoir pu diversifier leurs économies au moment du cycle décennal haussier des matières premières, notamment du pétrole, les pays de la zone Franc exportateurs de pétrole subissent actuellement de plein fouet le retournement du cours des matières premières. Une telle situation laisse planer le spectre d’une nouvelle dévaluation du franc CFA dans les semaines ou mois à venir. Elle rend en partie caduc en l’état le débat sur l’utilisation optimale de réserves de changes, ces dernières ayant fondu comme neige au soleil dans le compte d’opérations détenu auprès du Trésor français, et ce au rythme de l’accroissement des déficits jumeaux accumulés par les économies de la zone Franc.

En tant qu’observateur averti, et de concert avec mes collègues investis dans ce combat, nous observons que nombreux sont celles et ceux qui nous rejoignent et viennent grossir nos rangs parce que la cause que nous défendons est juste. Nous ne sommes pas des pyromanes, nous ne souhaitons pas déstabiliser nos économies déjà fragiles, argument qu’on nous oppose trop facilement. Nous souhaitons que nos Etats puissent jouir pleinement de leur souveraineté dans un cadre économique rénové au service du plus grand nombre.

La parité fixe avec l’euro prétendument gage de stabilité, la totale garantie de convertibilité du franc CFA en euro et la libre circulation des capitaux restent la voie royale de l’accumulation hors de nos frontières. Il y a une manne, bas de laine dans les banques européennes, qui nous échappe tandis que la majorité de nos populations restent acculées dans des conditions de pauvreté sans qu’aucun horizon ne se dégage, au risque d’emprunter parfois des pirogues sépultures de leur dernier voyage. Je vous le dis ça suffit. Nous sommes responsables et nous ne pouvons pas nous défausser de nos responsabilités.

Dans une série récente d’articles et d’interviews, les responsables politiques et économiques français nous mettent devant nos responsabilités et affirment que la France prendra simplement acte de la voie que les africains auront décidé de suivre en matière de gestion monétaire au sein de la zone Franc. S’il y a lieu de critiquer un manque d’élégance de la part d’un partenaire qui, par le passé, a fait preuve de beaucoup moins de pudeur à propos des affaires africaines, chiche, prenons nos responsabilités, faisons des propositions audacieuses mais responsables.

Entendons-nous bien, le changement de système monétaire au sein de la zone Franc ne sera pas une révolution. Je ne crois guère au grand soir. Il faudra d’abord opter pour un franc CFA moins rigide, rattaché à un panier de devises. Il faudra négocier l’abandon du système du compte d’opérations, véritable assurance tous risques contre les défaillances de la gouvernance africaine au lieu d’assurer contre les chocs exogènes-sa vocation première- et donc couper le cordon ombilical avec le Trésor français. Faisons donc attention aux spécialistes du maquillage, qui revêtent les apparences de la réforme. Je ne souhaite pas un simple changement de dénomination de la monnaie CFA, pâle cache-misère. Je voudrais que nous préparions le changement, un vrai changement.

Le changement peut faire peur, peur parce qu’il y a l’inconnu. Ceci n’est pas nouveau, la question est existentialiste. En économie monétaire ce sentiment porte un nom : « la peur du flottement ». Mais pour y parer, il faut s’y préparer, débattre, envisager différents scenarii, agir et justement ne pas avoir peur, avoir confiance en nous. L’abolition du franc CFA, vestige amovible de la colonisation, n’est pas une idée, c’est un programme.

J’en appelle à toutes les bonnes volontés, aux forces vives de nos pays, à rejoindre le débat, nous éclairer de leurs réflexions, de leurs talents. Il nous faut nous fixer un cap. Une autre Afrique est possible et ce n’est pas seulement une utopie. L’Histoire nous regarde.

A propos de Kako Nubukpo

Ex Ministre de la Prospective et de l’évaluation des politiques publiques du Togo, agrégé d’économie. Né en 1968 au Togo et formé à Strasbourg, il a été enseignant à Sup de Co Lyon (1997-99), économiste spécialiste du coton à l’Institut du Sahel à Bamako (1999), macro-économiste au service recherches puis chef de service des actions extérieures de formation au siège de la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) à Dakar (2000-03). Il a ensuite rejoint le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), établissement public français basé à Montpellier, qui l’a détaché de 2004 à 2008 à Bamako, en tant qu’assistant technique français. Il dirige, à partir de 2010, le pôle d’analyse économique de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Ancien Ministre dans le gouvernement de Faure Gnassingbé, il devient en mars 2016 Directeur de la francophonie économique et numérique au sein de l’OIF.

Par la Redaction.

Source: Financial Afrik


      Parlons-en !



On Radio

Intronisation du Grand Chef Yacouba aux USA

Intronisation du Grand Chef Yacouba aux USA

Tagline

L'UFYA-TONKPI invite la communauté Ivoirienne et Africaine résidant aux Etats Unis d'Amérique à la fête d'intronisation du Grand Chef des Yacouba

More...
La Main Tendue

La Main Tendue

Tagline

8th Annual Ivoirian Economic and Cultural Festival

More...


Récents articles


L’ex-ministre du commerce, Jean-Louis Billon, a été suspendu de ses fonctions de président du Conseil régional du Hambol. Une éviction décidée en Conseil des ministres pour éteindre la crise politique ouverte dans cette région depuis plusieurs semaines. (14-7-2017)


Dans la capitale, Yaoundé où sera concentré son agenda, il est prévu une audience avec le chef de l’État, Paul Biya, mais également avec des membres du gouvernement en charge des questions de développement et autres partenaires du secteur exerçant dans le pays. (15-7-2017)


Jean-Louis Billon suspendu, Niamien N’Goran limogé, plusieurs cadres du PDCI ont été mis sur la touche par la présidence ivoirienne, révélant les tensions de plus en plus fortes entre le parti d’Alassane Ouattara et son principal allié. (14-7-2017))


"On était couchés quand les tirs ont commencé. Il était 01h30. ça a duré jusque après 03h00 (01h00 GMT) du matin. Il y a eu beaucoup de tirs à l'intérieur de l'ancien camp de l'Onuci - opération des Nations unies - occupé actuellement par des militaires" (15-7-2017)


Le Secrétaire national au renforcement des capacités, Méïté Sindou et le Directeur général de la Loterie nationale de Côte d’Ivoire (LONACI) Issiaka Fofana ont été limogés, jeudi, par décrets présidentiels. (14-7-2017)


‘’Si le PDCI va bien, la Côte d’Ivoire va bien. Le destin de la Côte d’Ivoire est intimement lié au destin du PDCI. Notre pays va mal. C’est le PDCI qui peut sortir notre pays du gouffre. Je crois avoir prévenu les uns et les autres’’.(15-7-2017)


M. Soro qui séjourne en Europe, depuis début juillet, où il a participé à la réunion du Bureau de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) à Luxembourg en prélude à l’ouverture de la 43ème session de cette Assemblée (13-7-2017)


"Ce qui n'a rien à voir avec mes œuvres caritatives que je fais habituellement. J'ai décidé d'utiliser ces fonds-là pour aider des personnes, des établissements scolaires, des lieux de culte, etc., qui sont dans l'urgence à travers ces SOS que nous voyons (...)" (14-7-2017)

© 2017 Le Canal Nabonews | All Rights Reserved. Designed by {nabonews.com}.
Merci de soutenir NABONEWS